Jury 2016

Voici notre jury pour cette année 2016, bienvenue à eux :

Latifa Saïd

J’ai fait une formation de photographie professionnelle au sein de l’EFET et obtenu un diplôme de CAP de photographie. J’ai travaillé pour la presse, notamment Télérama , GéoAdo mais Latifa Saidaussi pour certains organismes tels que La Ligue contre Le Cancer et la Mairie de Paris. J’ai réalisé différentes expositions notamment au Centquatre.

J’ai continué la photographie tout en écrivant des fictions courtes et longues. J’ai réalisé mon premier court-métrage « Au revoir les enfants » dans le cadre d’un atelier documentaire avec l’association Francedoc en 2011 et qui a été projeté au Festival la Chaise et l’Ecran. J’ai renouvelé l’expérience en 2012 en réalisant un autre court-métrage « Douce France », autoproduit.

J’ai tenté plusieurs concours de scénario jusqu’au jour où une porte s’est ouverte. Mon scénario de court-métrage « Jours Intranquilles » a gagné le 1er prix de la bourse SIRAR au Festival International du Film d’Aubagne en mars 2015. J’ai pu ainsi le réaliser dans des conditions professionnelles et il a été produit par le G.R.E.C. « Jours Intranquilles » a été projeté au Festival International du Film d’Aubagne en mars 2016 et je rêve déjà d’en réaliser d’autres.

Isabelle Fauth

isabelle FJ’ai des goûts très éclectiques. J’aime les voyages, la lecture, le théâtre. Je n’ai aucune culture musicale mais j’apprécie la musique et bien sûr j’aime le cinéma, plus particulièrement le cinéma dit « art et essai ». Je ne dédaigne pas les films légers mais ai une préférence pour les films sérieux et qui font réfléchir. Jusqu’à il y a peu je ne m’intéressais pratiquement qu’à l’histoire racontée et au jeu des acteurs. Depuis que j’ai été juré aux « Rencontres cinématographiques de Lorgues » j’ai appris à mieux observer la mise en scène. Dans les films une musique trop appuyée m’énerve.
En général je préfère le cinéma européen au cinéma nord-américain. J’aime aussi les documentaires.

 

João Antunes

João Antunes

Critique de cinéma portugais, Joao Antunes a participé à plus d’une vingtaine de Festival de Cannes, où il a été notamment membre du Jury de la FIPRESCI, comme d’ailleurs à Berlin et dans d’autres festivals dans le monde entier. Il a aussi enseigné pendant quelques années le Cinéma à l’université. Il a traduit en portugais le classique «Hitchcock par Truffaut» et écris plusieurs livres sur le cinéma. Il prépare actuellement un livre pour le dixième anniversaire de MotelX, avec des interviews de George Romero, Dario Argento et bien d’autres maîtres du film d’horreur. Il pense qu’un court-métrage, ce n’est pas vraiment un court-métrage, mais un film, sauf qu’il est plus court.

Marthe Oliver

Du théâtre au cinéma il n’y a qu’un pas, le scenario est le même celui de la Vie; mettre en scène, mettre en image, raconter des histoires, des moments de vie et surtout transmettre cette curiosité et ce partage. Je suis très heureuse de participer à l’aventure de CourtsCourts et surtout de voir la performance et détermination des metteurs en scène , des acteurs, pour raconter en l’espace de quelques minutes une histoire: un début, une intrigue , une fin. Tout y est, la magie opère et nous avons la chance d’y participer. Un grand merci à la passion de sa présidente et de toute l’équipe qui oeuvre pour nous accueillir.

Silence : moteur COURTSCOURTS 7ième

Marthe OLIVER, 58 ans enseignante spécialisée a œuvré 34 ans à l’IME de Salernes. Actuellement” restaure “les enfants en difficultés de tout genre au CMPP de Draguignan. A fait partie de l’aventure du Mai théâtral à Villecroze pendant 24 ans, est à l’initiative avec des enseignants et éducateurs de la création de l’association LEZ’ARTS, asso culturelle à l’IME de Salernes, création d’une asso A la recherche de son clown, en février 2016, adore le cinéma “Art et Essai” qui nous ouvre les portes sur le monde qui nous entoure.

Partager, raconter, regarder, découvrir des univers nouveaux et surtout apprécier tout ce que la Culture nous apporte est un des moyens les plus sûrs  pour se construire et être des passeurs culturels